Des zones rurales innovantes

Les zones rurales : lieux de défis et d'opportunités

Les zones rurales françaises peuvent être définies selon la typologie suivante : 

  • - Les campagnes denses des villes, du littoral et des vallées urbanisées connaissent une forte croissance de leur population (16,6 millions d’habitants) et un développement important de leur économie présentielle.
  • - Les campagnes agricoles et industrielles se situent en périphérie plus lointaine des pôles urbains, plutôt dans la partie nord du pays. Les populations (5,6 millions d’habitants) peuvent connaitre des difficultés économiques et sociales mais leur proximité avec de grands centres urbains leur permet cependant de poursuivre leur développement.
  • - Les campagnes à très faible densité (5,2 millions d’habitants) connaissent un important brassage de populations. L’émergence de nouveaux modes de communication permet de valoriser leur qualité de vie et leur diversité paysagère et environnementale.

Typologie des campagnes françaises

La déclaration de Cork 2.0 sur le développement rural adoptée en septembre 2016 (à télécharger ci-dessous) rappelle la capacité des zones rurales à offrir des solutions durables aux défis sociétaux actuels et futurs tels que :

  • - Fournir de manière sûre et durable des produits alimentaires de qualité ;
  • - Développer l’économie circulaire et élargir la bio-économie ;
  • - Tirer le meilleur parti de la transition numérique ;
  • - Lutter contre le changement climatique et réduire la dépendance aux énergies fossiles.

L'innovation dans les zones rurales

Le développement économique et la durabilité des zones rurales ne s’excluent pas mutuellement et peuvent être tous deux encouragés par l’innovation. L’ouverture récente de la Commission Européenne et des pouvoirs publics français à une définition élargie de la notion d’innovation (qui ne se limite pas à la seule innovation technologique), tout comme les récentes orientations politiques notamment en matière d’égalité des territoires, constituent une remarquable opportunité pour permettre aux territoires de faible densité de participer davantage à l’effort commun en faveur de l’innovation et d’en bénéficier pleinement pour accélérer leur propre développement.

L’innovation est une opportunité de développement pour les territoires de faible densité que les politiques publiques se doivent d’accompagner, en lien étroit avec les ambitions suivantes :

  • - La réduction des inégalités territoriales : sans se substituer aux autres méthodes du développement local, ainsi qu’à des investissements structurants liés à l’aménagement du territoire (aménagement numérique, réseaux de transports,…), l’innovation est source de développement des territoires de faible densité. L’innovation peut ainsi soutenir directement le développement du tissu économique local dans des secteurs donnés, ou, plus indirectement, participer à une image positive du territoire, mobiliser un collectif d’acteurs, attirer de nouveaux habitants et de nouveaux talents, renforcer les liens existants entre le territoire et ses acteurs, …

  • - L’invention de nouvelles réponses à des problématiques caractéristiques de ces espaces : les territoires de faible densité peuvent constituer des « laboratoires » pour la France, en innovant dans des domaines comme le développement agricole durable, la préservation des ressources, l’accès aux services publics et à la mobilité dans des configurations géographiques, démographiques et économiques particulières… Ces problématiques caractéristiques, ainsi que les atouts de ces territoires en matière de ressources naturelles, de solidarités sociales et intergénérationnelles, le développement récent des nouvelles technologies de l’information et l’arrivée de nouvelles populations en quête d’une meilleure qualité de vie, en font potentiellement des gisements d’innovation sous toutes ses formes, insuffisamment exploités jusqu’à présent.

Le Réseau Rural français : renforcer le potentiel des territoires ruraux

Dans le cadre du soutien au développement rural du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader), le Conseil de l’Union européenne a établi la nécessité d’un réseau de développement rural à l’échelle européenne, décliné à l’échelle nationale par chaque État membre. C’est dans ce contexte que le Réseau rural français a été créé en 2008. Piloté conjointement par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF), et par l’Association des régions de France (ARF), le Réseau rural français est accompagné dans sa mise en œuvre par l’Agence de services et de paiement (ASP).

La France a choisi de structurer son réseau rural à un double niveau, avec d’une part la création d’un réseau rural national, et d’autre part la possibilité pour les Régions de créer leurs réseaux ruraux régionaux. Il existe 26 Réseaux régionaux : 21 dans l’hexagone, 1 en Corse et 1 dans chaque département d’Outre-mer.

 Afin de faire émerger et d’accompagner des projets partenariaux, le Réseau rural français s’est vu confier trois missions principales :

  • - Décloisonner les relations entre acteurs du monde rural en leur permettant de se rencontrer, d’échanger et de travailler ensemble
  • - Faciliter  la  conception  intégrée  de  projets  de  développement  rural,  en  développant  des approches et des travaux sur des bases territoriales, multisectorielles ou transversales
  • - Améliorer  la  qualité  des  projets de  développement  rural  financés  par  le  Feader et de favoriser leur valorisation tant au niveau régional, national qu’européen.

Pour en savoir plus : le site du Réseau Rural National.

Documents-ressources: